jeudi 18 août 2016

CS (valeur SCT) : Au plus haut sur 5 ans



Donné en avril dernier à 2.60€, CS n'en finit plus d'enchainer les séances de hausse. Le titre est en hausse de +65% sur un an glissant. Avec un second semestre 2015 en hausse de près de 9% (versus S2 2014), le chiffre d’affaires du groupe a enregistré sur l’ensemble de l’exercice 2015 une croissance organique de 4,7% par rapport à l’exercice précédent.

A fin décembre 2015, les prises de commandes se sont établies à 196,3 M€ (+ 51,8 % versus 2014) portant le ratio de book-to-bill à 115%. Le carnet de commandes global s’établissait à 13,8 mois de chiffre d’affaires.

Au cours du second semestre 2015, le groupe a enregistré une progression significative de sa rentabilité opérationnelle, à 7% du chiffre d’affaires. Sur l’ensemble de l’exercice, la marge opérationnelle s’établit à 9,8 M€ soit 5,8% du chiffre d’affaires (+1,5 point versus 2014). Le résultat net part du groupe progresse à 1,0 M€ contre 0,4 M€ en 2014, confirmant ainsi l’amélioration globale des performances du groupe.

A fin décembre 2015, l’endettement global (après prise en compte du factor déconsolidant de 9,8M€)  s’établissait à 41,5 M€, du même ordre de grandeur que les créances de CIR et CICE comptabilisées à l’actif pour un montant de 42,0 M€.

La trésorerie nette s’élève à 9,2 M€ à fin décembre 2015 contre 5,9 M€ à fin décembre 2014.
Les résultats 2015 sont le fruit du Plan de Transformation initié en 2013 dont les objectifs annoncés devaient permettre au groupe de renouer avec la croissance et d’atteindre une rentabilité normative, à horizon 2016. Pour confirmer la dynamique engagée,  CS poursuit sa stratégie de développement, qui vise à conforter ses positions sur ses secteurs stratégiques et à capter de nouvelles opportunités de croissance sur des marchés prometteurs en France et à l’international, ainsi que la mise en œuvre  des mesures d’accroissement de la productivité du plan Performance.

La rédaction SCT réhausse son objectif de cours de 4.50€ à 6€ sur ce dossier.
Cours : 4.90€

Depuis le 1er avis positif émis courant 2015, la valeur progresse de +100%

AMF : Je ne détiens aucun titre CS en portefeuille le 19.08.2016

jeudi 4 août 2016

Cofidur (alcof) : Flambée du titre en perspective

Après l'OPA lancée sur TRONICS, COFIDUR est très sous valorisée fondamentalement. L'analyse graphique donne des signes de rebond.

AMF. Je détiens une position en titre sur Cofidur le 04.08.16

mercredi 27 juillet 2016

"Nous serons profitables dès 2016" Jean-Paul Ansel, PDG de Diagnostic Medical Systems

Interview donné le 08.06.2015

http://www.boursorama.com/actualites/nous-serons-profitables-des-2016-jean-paul-ansel-pdg-de-diagnostic-medical-systems-18a95d2f7fc9c5b0b141a08c8b73974c

Diagnostic Medical après regroupement s'envole aujourd'hui de +17% à 1.80€ , Alpha rebondit de +7% à 0.44€. Le marché semble vouloir anticiper les résultats des 2 entités.

J'ai personnellement renforcé ma position en titre sur ALPHA MOS (ALM). Je préfère la fille à la mère qui se retournera plus vite.

AMF. Je détiens des titres ALPHA MOS le 27.07.16

mardi 26 juillet 2016

La rédaction SCT a bien anticipé les secousses du BREXIT

La possibilité d'un retrait du Royaume Uni de l'union Européenne fait peur aux marchés financiers et provoque un mini krach Boursier. En une semaine, le CAC 40 abandonne plus de 7% à 4130 points. Faut il vraiment avoir peur du Brexit ?

Une chose est sure, la sortie de la Grande Bretagne serait néfaste et pour l'Europe mais davantage pour le Royaume Uni. Selon plusieurs économistes, un Brexit se traduirait par une perte de 4 à 5 points du PIB pour le Royaume Uni et une perte d'influence de la City. Une sortie de l'UE signifie un recul massif du commerce extérieur pour le Royaum-Uni, avec le retour des barrières douanières. L'UE serait également largement perdante du fait de la réduction des échanges commerciaux. Cela générerait une perte d'environ 0.3% du PIB par habitant en France comme en Allemagne. Une sortie de l'Union Européenne pourrait notamment avoir un impact terrible sur la balance des marchandises du pays, déjà largement déficitaire depuis deux ans d'après les dernières statistiques européennes, le Royaume-Uni réalise la majorité de ses relations commerciales avec des membres de l'Union Européenne. Les barrières aux échanges seraient rétablies ce qui conduiraient selon plusieurs économistes au retour des taxes douanières. Les médicaments grimperaient de 4,5%, le secteur automobile de 10% alors que, le secteur du tabac et de l'alimentaire exploserait de 20%.

Toutefois, un «Brexit» permettrait au pays de maîtriser son flux migratoire, fort argument de campagne de l'UKIP, alors que la majorité des Britanniques considère que l'immigration est un problème majeur pour le pays. Depuis la crise, le taux de croissance plus élevé au Royaume-Uni que dans de nombreux pays européens, a attiré un grand nombre de travailleurs européens. Argument également souvent avancé par les eurosceptiques, le Royaume-Uni se libérerait alors des contraintes réglementaires liées à l'UE. Un départ de Bruxelles permettrait aussi de s'affranchir des 13,8 milliards d'euros de contributions annuelles au budget européen.


dimanche 24 juillet 2016

Treasury Metals dans le starting blocks, le décollage arrive

Analyse de Treasury Metals en fichier doc à télécharger ici :
http://www.smallcapstrading.fr/TML.pdf

Auteur : Laurent Pastor
AMF : Actionnaire Treasury Metals le 24.07.16

lundi 11 juillet 2016

Jouez le rebond des matières premières.

Comparaison RECYLEX / ERAMET.

ERAMET : +7% depuis le 01.01.2016
RECYLEX : -27% depuis le 01.01.2016


Réel lien de corrélation entre ces deux valeurs.